Site officiel du Syndicat Français des Spécialistes en Orthodontie
Accès Agora Adhérents SFSO

affiche campagne webinterfimo_banniere092016

Orthodontie France 2

18 décembre 2013

Get the Flash Player to see this player.
Archives

Éditorial avril 2016

1040_1405588814 2016 L’ANNÉE DE TOUS LES DANGERS !

2015 a été une année mouvementée : la manifestation des professions de santé le 15 mars 2015 contre la Loi de Santé fut inédite par son ampleur.

Contre l’avis de l’ensemble des professionnels de santé, cette loi proposée par la Ministre de la Santé a été adoptée en deuxième lecture par le Parlement.

Avec cette Loi c’est la main mise généralisée de l’Etat sur la médecine libérale : Tiers-payant généralisé, ARS etc..

Heureusement, la saisine du Conseil Constitutionnel par les députés de l’opposition et les organisations syndicales, dont le SFSO, a permis de limiter le tiers-payant généralisé à la part de la Sécurité Sociale. Cette demi-victoire, nous incite à poursuivre le combat.

Pour 2016, deux axes majeurs de lutte : « la défense de la spécialité » et « la liberté de choix du praticien par le patient » associée à la lutte que nous continuons contre les réseaux de soins à caractère financier.

Notre profession n’est pas restée isolée dans sa tour d’ivoire, a toujours été à la pointe du progrès technique pour la gestion et la pratique clinique.

Ainsi, l’outil informatique a envahi notre vie professionnelle quotidienne.

Cependant, tout progrès technique peut amener le meilleur comme le pire. La physique nucléaire a permis de nous éclairer et de nous chauffer tous les jours mais, elle a aussi créé la bombe atomique. L’informatique nous a donné la 3D et la robotisation dans notre exercice clinique, elle a facilité la gestion au quotidien de nos cabinets mais, elle dans le même temps permis la dissection totale de notre exercice par les caisses et les assureurs, nous imposant des contraintes administratives et menaçant même notre liberté thérapeutique.

Cette première étape a été franchie, il y a 15 ans avec l’apparition de grandes banques de données que nous avons contribué à alimenter avec la télétransmission.

Pris dans, l’étau administratif, nous commençons tous à recevoir des avis d’indus sans aucune justification précise. Et encore mieux les caisses vous soustrairont automatiquement ces « indus » de vos règlements en leur faveur.

Ceci est inacceptable et vous devez contester pour obtenir les informations qui vous sont dues.

Ainsi, en acceptant le Tiers-payant généralisé nous risquons de voir diminuer ou plafonner de façon drastique nos honoraires. Un jour, pour ne pas disparaître, il faudra peut-être refuser de télétransmettre.

Une étape suivante a débutée que les médias appellent « l’Ubérisation » de la société.

En France depuis les années 50 le pouvoir d’achat des citoyens avait augmenté régulièrement, mais depuis quelques années un cycle inverse s’est enclenché surtout pour les classes moyennes.

Nos patients ont vu leur pouvoir d’achat stagner ou diminuer et leur priorité évoluer : nouvelles technologie, voyages. La santé restant malgré tout prioritaire, les réflexes des consommateurs avisés ce sont appliqués aussi à ce domaine. Ceci a été rendu d’autant plus difficile pour les patients-consommateurs lorsque de faux amis entre dans la danse : « les réseaux de soins ». Les plateformes téléphoniques des mutuelles et assureurs appliquent les méthodes utilisées dans le domaine automobile en évaluant un devis suivant des critères uniquement financiers et en conseillant souvent un chirurgien-dentiste non spécialiste ou leur propre centre de soins, ce qui s’apparente à un détournement de clientèle ou au moins à un conseil non avisé.

Avec l’application de la loi ANI obligeant le dirigeant d’entreprise a fournir une complémentaire, le processus de dépendance du patient aux assurances et mutuelles s’est aggravé.

Le SFSO conscient de se problème a mis en ligne depuis plusieurs années l’annuaire de ses membres afin d’informer les patients de la qualification réelle du professionnel pratiquant l’orthodontie.

Si nous voulons ne pas disparaître, il nous faudra unir nos forces.

Ainsi, le SFSO a décidé de soutenir le Syndicat National des Internes en Odontologie (SNIO) dans son combat pour la reconnaissance de notre spécialité au niveau des médias. Nous sommes également en train de préparer un regroupement de tous les Syndicats de Spécialistes.

Nous espérons ainsi que, d’ici la fin de l’année, un signal fort sera donné à la profession dentaire pour rappeler l’existence de notre spécialité. Les instances dirigeantes de la profession dentaire ont trop souvent tendance à oublier que notre profession compte maintenant trois spécialités dont le diplôme est obtenu par la réussite au concours de l’internat.

Il n’est plus de mise, d’entendre que la chirurgie dentaire est une spécialité à part entière, ce qui serait bien trop réducteur.

La création de cet internat a tiré notre profession vers le haut et soyons fier de notre action.

Yves TRIN

Président du SFSO